Un week end en amoureux et des adieux

Ce week end, c’était l’occasion de fêter nos 10 ans d’amoureux. Bon en fait les 10 ans, c’était en juillet, mais le temps passe à une vitesse folle! Et il faut dire aussi qu’il a fallu trouver le bon créneau pour laisser les mioches d’amour chez ma tata et se faire la belle! Du coup, histoire de bien faire les choses, nous nous sommes payés le luxe d’une chambre dans un 5 étoiles avec vue sur mer. Cannes, la croisette, une pointe de kitsh, de riches russes en pagaille, des mémés avec caniches à chaque coin de rue et de belles crises de rire en nous retrouvant dans ce petit monde à mille lieux de nous!

gang of mothers Sylvie Schneider

gang of mothers Sylvie Schneider

gang of mothers Sylvie Schneider

gang of mothers Sylvie Schneider

gang of mothers Sylvie Schneider

gang of mothers Sylvie Schneider

gang of mothers Sylvie Schneider

gang of mothers Sylvie Schneider

gang of mothers Sylvie Schneider

Mais c’était trop bien! Ne penser à rien, se faire servir, faire des câlins à n’importe quelle heure de la journée (toi parent, tu sais très bien ce que je veux dire). Aller au restaurant sans courir partout après le petit dernier, prendre son temps, ne pas regarder l’heure et juste profiter de nous! Il faut dire que ça faisait presque 4 ans qu’on avait pas fait ça!

Quand on a son premier enfant, tout le monde vous dit de prendre du temps pour votre couple. Oui. Je suis entièrement d’accord! Mais quand vous n’avez pas de famille autour de vous, ça devient vite un petit casse-tête. Evidemment, il y a l’option baby sitter mais j’avoue avoir du mal à le faire… et encore moins pour 2 jours! Donc on a toujours repoussé, repoussé, repoussé jusqu’à partir avec eux. Et puis je me dis toujours qu’on est une famille et que faire les choses à 4 est tellement chouette.

Mais ce week end m’a prouvé que je me trompais et qu’entretenir son couple en s’accordant de tels moments est indispensable.

gang of mothers Sylvie Schneider

Et dans ces moments à deux, il peux aussi y avoir des moments difficiles à vivre. Nous avons dû dire au revoir à l’endroit où nous nous sommes rencontrés la première fois il y a 17 ans. J’ai passé dans ces collines du Massif des Maures 30 étés de ma vie (même que le premier j’étais dans le ventre de ma maman).

gang of mothers Sylvie schneider

gang of mothers Sylvie schneider

J’ai tellement de souvenirs la-bas, tellement d’amour pour ce lieu où mes grand-parents se sont installés en 1970 et où mon frère, moi, Axel et Noah avons appris à marcher, à nager et à vivre avec la nature.

Il a fallu tourner la clé une dernière fois (et je vous dis cela avec les larmes aux yeux) et dire adieu. Couper un des derniers liens qui me reliait à ma maman.

gang of mothers Sylvie Schneider

Tout ce que j’espère au fond de mon petit coeur tout mou, c’est que je n’oublierai pas trop vite. Car les souvenirs sont fragiles et je me bats déjà beaucoup pour les faire vivre dans mon esprit au quotidien.

Avec Cédric, nous avons aussi dit au revoir au lieu de notre rencontre, de notre premier regard, de notre premier baiser. C’est cucu j’en conviens, mais on ne se rend compte de l’attachement qu’on a pour ce genre de détails qu’une fois qu’on est au pied du mur.

Heureusement qu’il était là pour me tenir la main, et me sortir des blagues pour essayer (comme toujours) de cacher ses sentiments et me réconforter en même temps.

La vie est ainsi faite. On reconstruira ailleurs.

Ce week end nous a soudé pour de nombreuses années à venir. Rien n’est acquis mais je crois que ma main n’est faite pour aucune autre… à part la sienne.

gang of mothers Sylvie Schneider

Avec le plein d’émotion mes petites mothers, je vous dis de VIVRE et je vous embrasse de tout mon coeur.

**Sylvie**

 

Written By
More from sylvie

We are one, we are WOMAN

Si il y a bien une chose dont je suis fière, c’est...
Read More

9 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *