Vie de Maman

Comment bien coucher son enfant et l’aider à s’endormir

comment bien coucher son enfant et l'aider à s'endormir

 

Aaaah le sommeil des enfants! Cette denrée rare qui vous fait perdre la tête et vous claque des valises sous les yeux. En tant que maman d’un enfant précoce de 10 ans, je peux vous dire que je me suis bien souvent arrachée les cheveux pour essayer de le faire dormir comme un enfant parfait. J’entends enfant parfait ce petit chou qui lui, s’endort à 20h et se reveille 12h plus tard.

Jusqu’aux  4 ans de Noah, de notre coté, c’était plutôt un endormissement aux alentours de 00h dans notre lit (oui oui vous avez bien lu) et un réveil à 8h. Et pas de sieste dans la journée. Impossible de mettre son cerveau sur off.

C’est d’ailleurs toujours le cas aujourd’hui à 10 ans. Il s’endort généralement aux alentours de 23h. J’ai fini par accepter le fait qu’il n’avait pas besoin de 12 heures de sommeil. Je pense que c’est un cas particulier. Mais avant d’avoir compris cela, je me suis battue tous les soirs contre ce fichu sommeil qui ne venait pas. Alors que moi, je rêvais de mon lit. Résultat: des pleurs, des angoisses, des peurs et de l’énervement. Je m’en veux de ne pas avoir compris qu’il avait juste besoin de nous et de notre patience.

Mais quand tu as 22 ans, tout le monde a son petit conseil à te donner. Du « tu le prends trop dans tes bras » à « il faut être ferme et le laisser pleurer seul dans son lit », je pense avoir écumé les recommandations qui me faisaient culpabiliser et me dire que j’étais juste dépassée et clairement pas au niveau.

6 ans plus tard, Axel est né. Et je me suis jurée de ne pas faire du sommeil notre ennemi. On l’apprivoise, on s’adapte, on fait tout ce qui est possible pour que le sommeil ne soit pas un moment  d’angoisse.

Alors oui, cela demande BEAUCOUP de patience. Mais aussi le fait d’accepter que vous n’aurez pas forcément les résultats escomptés à savoir : une nuit de 10h pour VOUS! C’est le jeu. Axel se réveille encore souvent la nuit, s’endort régulièrement dans notre lit.

J’ai la chance qu’ils ne se lèvent pas avant 8h le week end et je sais que c’est précieux!

Je voulais partager avec vous quelques petits conseils pour vous aider et surtout vous faire déculpabiliser. Bien coucher son enfant pour l’aider à s’endormir n’est pas une chose facile. Et en matière de sommeil, rien n’est jamais acquis!

5 Conseils pour coucher vos enfants et les aider à s’endormir

1. Se détendre

Mon premier conseil serait que vous arrêtiez de vous inquiéter. Votre enfant ne dort pas bien? Vous sollicite non stop? Rien d’anormal.               Le coucher est un moment de séparation. On ne peut pas leur en vouloir d’avoir du mal à lâcher prise. Mais si vous êtes en colère ou agacée en plus, comment ne pas créer une angoisse chez lui?

Pour moi, les caprices n’existent pas. Les crises sont le symbole d’un non dit de la part de l’enfant. Alors prenez le temps qu’il faut. Je vous rassure, tout ceci est temporaire. Et le temps où votre enfant sera devenu grand arrivera plus vite que vous ne le pensez.

Alors positivez la chose et dites vous qu’au fond, votre petit a juste besoin de vous. C’est plutôt flatteur non? Vous êtes la seule avec votre moitié à pouvoir les apaiser. Même si cela veut dire 6 mois ou 3 ans à lui tenir la main pour qu’il s’endorme. Mais au final, est-ce dramatique? Croyez vous qu’à 15 ans ils auront besoin de vous de la sorte?

 

comment bien coucher son enfant
2.Les rituels

J’ai mis beaucoup de temps à admettre que mes enfants avaient besoin de rituels. Je suis un peu désorganisée comme nana et ça me va bien. J’ai longtemps pensé que ce serait pareil pour mes enfants. C’était une erreur.

Mais encore une fois, ce qui marche avec un enfant ne marche pas forcément avec l’autre. J’ai découvert le pouvoir de la répétition seulement avec Axel, mon deuxième. Cela marche beaucoup mieux avec lui. Du coup, tous les soirs, nous lisons 2 livres au calme dans sa chambre, je lui chante deux chansons, il boit un biberon de lait et hop, si la journée a été assez dense en activités, il s’endort dans les 10 minutes qui suivent. Essayer de toujours répéter les mêmes rituels, cela ne pourra que les aider.

3. Les rassurer.

Tous les soirs, au moment du coucher, je leur dis que je les aime. Je leur dis également qu’ils sont en sécurité dans cette maison, qu’ils ne craignent rien. Que la porte est fermée à clé, qu’ils connaissent les bruits de la maison et que leur lit est bien douillet et les enveloppe de douceur.

Je leur dis également que je suis fière d’eux, qu’ils sont de super petits garçons et que, même si parfois je me fâche, c’est bien souvent car je ne veux que le meilleur pour eux et que je veux les protéger.

comment bien coucher son enfant

 

J’imagine que ça leur fait du bien de l’entendre mais ça me fait aussi un bien fou de  leur dire. Je les sens apaisés, tranquilles avec leur conscience et rassurés d’être de bons petits garçons. Car oui, on l’oublie souvent, mais le seul but d’un enfant est de bien faire pour ses parents. Pour qu’ils soient fiers de lui. Alors même si ils n’ont rien fait d’extraordinaire dans la journée, même si je me suis fachée à un moment, je n’oublie jamais que mon rôle est de les porter. Et je vous jure que ça fonctionne.

4. Limitez les écrans en soirée

A la maison et en semaine, les écrans c’est terminé à 18h. C’est une règle assez récente que j’ai mis en place. Je me rends compte que ça ne fait que les exciter et les empêcher de faire baisser la tension de la journée.

Je sais que ce n’est pas forcément évident de changer ses habitudes. Mais je vous assure qu’ils sont capables de s’occuper autrement. Vous n’avez même pas besoin de sortir toutes les activités de la maison. Laissez innocemment trainer un puzzle, un livre, quelques playmobils, des kaplas, des feutres et des feuilles, ou tout autre choses et vous verrez qu’ils trouveront tout seul comment s’occuper jusqu’au diner. Et promis, ils ne vous solliciteront pas forcément.

comment bien coucher son enfant

 

Ils peuvent aussi aider à mettre la table. Petite je détestais le faire car c’était quelque chose qu’on me demandait ponctuellement. Mais à la maison c’est systématique. Si ils veulent manger ils doivent m’aider. Autant vous dire qu’en général, je n’ai pas à le demander deux fois haha!

5. Acceptez leur envie de s’endormir autrement

Petit retour en arrière. Nous dormons séparés de nos enfants. Ca c’est la théorie. Et c’est cette théorie qui prime en Europe et plus largement en occident depuis le Moyen-âge.

Pourtant, dans la plupart des autres pays du monde, s’endormir en  tétant le sein ou tout simplement à côté d’un adulte allongé dans le même lit est monnaie courante.

Alors certes, le manque d’espace joue beaucoup dans certains cas. Mais l’idée même d’être séparés de leurs petits au moment de l’endormissement est inimaginable pour les parents issus d’autres cultures que la nôtre. En Afrique où le bébé est bercé dans les bras, au sein ou en écharpe ou encore en Asie où on assiste aux mêmes rituels.

Alors pourquoi vouloir absolument aller contre nature? Comment arrive-t-on à laisser un enfant dormir seul la nuit dans une chambre à son retour de la maternité? Je ne critique pas celles qui le font je me demande juste en quoi cela favorise t’il un quelconque endormissement?

comment bien coucher son enfant

 

 

Dans tous les cas, vous serez réveillés dans la nuit, vous devrez traverser  votre chambre, parfois même la maison au risque de réveiller tout le monde, il pleurera le temps que vous veniez jusqu’à lui (ce qui lui provoquera certainement une petite montée de stress ne vous voyant pas à côté de lui), vous finirez mal assise dans un fauteuil à côté du berceau à donner le sein ou le biberons et votre sommeil en pâtira. Et à 10 ans, je vous assure, ils dormiront pourtant tout seul comme des grands!

Je préfère largement l’option berceau dans la chambre même si je sais que les cheveux de certaines vont se dresser. Quoique depuis mon premier accouchement, c’est à dire il y a 10 ans, les choses ont beaucoup évolué. On conseille même aux mamans de garder leurs petits avec elle pour éviter la mort subite du nourrisson. Il y a 10 ans je passais pour une Hippie à dormir avec Noah. Et je ne vous raconte pas le nombre de critiques que j’ai pu encaisser.

 

comment bien coucher son enfant

 

Pour Axel, je n’ai pas eu le choix. Il avait un reflux interne infernal. Il a dormi contre moi jusqu’à ses 6 mois. Oui, oui vous avez bien lu. Je l’ai allaité exclusivement au sein jusqu’à cet âge (en plus d’une diversification précoce à cause de ce fichu reflux). Et croyez moi, je n’avais AUCUNE envie de traverser l’appartement pour le nourrir la nuit. Et puis surtout, il ne voulait pas dormir dans son lit et j’ai décidé d’utiliser mon énergie autrement plutôt qu’à négocier avec lui.

Je l’ai utilisé à prendre mon mal en patience et à positiver la situation. Ca m’a certainement aidé à ne pas devenir zinzin à cause du manque de sommeil.

Et puis il a grandit. Et il est progressivement allé de lui-même dans son lit. Parfois il a envie de s’endormir dans le nôtre. Blottit dans nos draps. Pourquoi vouloir l’en empêcher? C’est humain de vouloir du réconfort parfois, non? Une fois endormi, je le remets dans le sien et il fait sa nuit normalement.

Parfois il nous rejoint la nuit. Quel bonheur de me serrer contre lui!

Il lui arrive souvent de faire la sieste dans le canapé. Bercé par les bruits de la maison. Ca ne vous arrive pas à vous de vous sentir flotter avec tout ce petit monde qui s’agite autour de vous? Quel bonheur de faire la sieste parmi les siens! Se sentir bien, entourés, en sécurité…

Finalement, à ne pas mettre d’interdits concernant le sommeil mais seulement quelques règles simples, j’évite les crises, les angoisses de séparations et tout le monde y trouve son compte.

J’espère du fond du coeur que cet article vous aidera à relativiser et à retrouver le sommeil. Et n’oubliez pas: MOTHER POWER!

Je vous embrasse bien bien bien fort!

Sylvie

 

Axel porte un pyjama tout douillet et très pratique avec ses petits pieds amovibles de chez Comète Paris. Il s’agit du modèle Tipi, pour les curieuses!

comment bien coucher son enfant

comment bien coucher son enfant

 

You Might Also Like

16 Comments

  • Reply
    Chanelle
    22 février 2018 at 8 h 48 min

    Bel article, ET complet. Merci pour ce retour d’expérience. Selon moi tu as pointé le principal : le lâcher prise. Ma mère a fait du sommeil un cas de vie ou de mort ! Il fallait qu’on dorme, qu’on soit couché tôt et qu’on ne se relève PAS avant le petit matin. Résultat j’ai fait des insomnies enfant, ET cela n’est passé qu’à 18 ans, lorsque j’ai quitté la maison ET que j’ai « appris » à laisser le sommeil m’emporter lorsqu’il l’avait décidé. Ces insomnies sont revenues à la naissance de notre fille. Entre les tétés je ne parvenais pas à me rendormir. Ce fut très difficile mais finalement plus que ma fille c’est moi qui avait un problème de sommeil. Nous l’avons eu dans notre chambre jusqu’à ses 9mois. (Avant tout pour une question de place nous avons ensuite déménagé). Des qu’elle a quitté notre chambre elle s’est mise à avoir un sommeil très agité. Elle pousse de nombreux cris la nuit mais se rendort seule. Aujourd’hui à deux ans et demi on laisse aller. Durant une période je la prenais tous les matins(6h) dans notre lit. Ca lui a passé, elle ne le réclame même plus, contrairement à ce que pensait le papa. ET je lui avais justement répondu : profite, bientôt elle ne se blottira plus comme ca contre nous, ET tu repenseras à ces matins où elle se glissait contre nous toute heureuse

    • Reply
      sylvie
      22 février 2018 at 14 h 08 min

      oh oui! arrêtons de stresser pour tout!! merci pour ton commentaire!

  • Reply
    Melanie
    22 février 2018 at 17 h 22 min

    Alors des articles sur le sommeil j’en ai lu des tonnes, des livres aussi. Il y avait du bon et du moins bon. Et je crois que le tien est le meilleur de ce que j’ai lu. Simple mais efficace et réaliste. Mon grand de 3 ans dort vraiment depuis janvier 2018 et mon petit de 13 mois dormait encore en cododo il y a 1 mois. On ne peut pas dire que j’ai mon quota d’heure de sommeil mais ton article fait du bien.

    • Reply
      sylvie
      23 février 2018 at 16 h 11 min

      merci beaucoup Mélanie !!! ça me touche!

  • Reply
    Alex
    22 février 2018 at 22 h 07 min

    Ah!!super intéressant. Commen toi je ne pensais pas que mon fils avait besoin de routine, je n’y Croyais pas et je galerais. Quand il est arrivé on avait tous les deux avec mon homme des horaires décalés, difficile donc de mettre en place des habitudes, on le transbahutait de chez la nounou à l’appart Alors qu’il avait commencé sa nuit.. du grand n’importe quoi mais impossible de faire autrement…
    Puis on a changé de ville, j’ai changé de taf et fini pour moi les horaires décalés tous les jours.
    Depuis quelques mois j’ai mis en place des routines et ô mon dieu ça marche!!🙌🏻
    Moi qui suis aussi quelqu’un d’un peu désordonné, je me rend compte que ces routines le guident et moi je suis plus cool, donc plus de lâcher prise aussi. Il a 3ans et les couchers sont des moments précieux idem livre, chanson, câlin on discute aussi un peu et tant pis si ça me prend du temps c’e Agréable pour tout le monde.

    • Reply
      sylvie
      23 février 2018 at 16 h 12 min

      oui je vis la même chose que toi pour le coup! le coucher est vraiment devenu un bon moment!

  • Reply
    Linda
    22 février 2018 at 22 h 27 min

    Très bel article, Merci!
    Cela m’encourage à continuer à accompagner au moment du coucher.
    Le conseil numéro 3 est magnifique.

    • Reply
      sylvie
      23 février 2018 at 16 h 12 min

      Merci Beaucoup Linda c’est adorable :)))

  • Reply
    Cindy (mamkoala)
    23 février 2018 at 11 h 33 min

    Que ça fait du bien de lire cela!
    Pour ma part il est vrai j’ai de la chance je n’ai jamais souffert des problèmes de sommeil de mon fils même bébé. Pourquoi? On avait décidé qu’il dormirait en cododo avec nous jusqu’à ce que ce ne soit plus nécessaire. Déjà parce que je l’allaitais et comme toi je ne voulais pas traverser la maison pour l’allaiter et parce que j’avais besoin de le sentir pres de moi.
    On a été critiqué, oui mais tu verras c’est une erreur après il ne voudra pas aller dans son lit… J’ai dis je m’en fiche ça me regarde et à 5 mois il nous a fait comprendre de lui même qu’il avait besoin de calme quand il dormait et pas d’être réveiller par la lumière a 23h quand ses parents allaient se coucher. Tout c’est fait naturellement. En fait il est important d’écouter son enfant et de ne pas faire attention aux remarques des autres.
    Motherpower!!!!!

    • Reply
      sylvie
      23 février 2018 at 16 h 13 min

      mais oui je suis totalement d’accord avec toi!!! On vit dans une société tellement individualiste! on en est venus à vouloir faire la même chose avec des bébés!

  • Reply
    Victo7
    23 février 2018 at 15 h 54 min

    Merci beaucoup pour ce bel article. J’aime dormir avec mon fils ou du moins être contre lui quand il s’endort. C’est un besoin pour lui … et finalement pour moi aussi 😉
    On se rassure l’un l’autre. J’affronte tous les jours des remarques sur ce geste incompris par beaucoup qui est en fait un geste d’amour. Depuis que mon petit mec s’endort contre moi dans son lit, il parait plus apaisé durant la nuit. Et même si cela prends parfait des heures et que je prends sur mon temps ce n’est en rien un sacrifice pour moi bien au contraire.
    Merci Sylvie de me décomplexer et de me conforter dans l’idée qu’il faut juste faire comme on veut et ne pas écouter les bien pensants.

    • Reply
      sylvie
      23 février 2018 at 16 h 15 min

      oooooh merci Victo ça me touche beaucoup! je me rends compte qu’on a bcp de chemin à parcourir pour avoir enfin la paix et faire les choses à l’instinct. Mais je suis HEUREUSE de lire ton commentaire <3 <3 <3

  • Reply
    Ingrid
    23 février 2018 at 18 h 42 min

    Coucou, jamais eu trop de soucis avec mon grand concernant l endormissement.. nous avons toujours pris l temps et les rituels des la naissance 😉 il s est toujours reveillé tot cela dit (on ne peut pas tout avoir 😁) mais pareil on a accompagné tout ca.. et aujourd hui à 7 ans il s endort des qu il est a l horizontal et se leve quand il n a plus sommeil on est proche des 11h 😉. Et je n ai jamais ecouté personnes surtout ceux qui proposaient de laisser bébé pleurer…
    Pour numerobis bientot 5 ans auj… et bien j ai appris de lui que chaque enfant est different et que ce qui marche pour l un ne marche pas pour l autre… j ai fait l erreur d enlever sa barriere a 18 mois comme il grimpait ses barreaux.. apres tout son frere etait passe a 18 mois aussi parce q il le voulait q il etait pret. Grave erreur pour son petit frere.. que nous avons carrement traumatiser du sommeil.. il preferait s endormir par terre devant sa porte… apres il se relevait 50 fois… j ai compris tard q c etait une extreme insecurité… les rituels n ont pas fait grands choses … et finalement la kinesio nous a baucoup aidé.. de 50 on est passé a 5/6 fois… et la patience et l amour on fait le reste (la fabrique a histoires aussi) mais oui Maé n est pas Noa.. il a besoin de plus de temps pour s endormir.. et il a besoin de moins de sommeil… 😉 merci pour cet article qui conforte dans ses choix 😁

  • Reply
    Mélaniepouëtpouët
    24 février 2018 at 7 h 19 min

    Enfin un article qui déculpabilise !!!! Mon p’tit poulet n’a jamais vraiment eu de soucis à dormir dans son lit bébé mais depuis plus d’1a il passe toutes ses nuits avec moi. Alors oui j’aimerai avoir plus de place que le petit bord qu’il me laisse mais qu’est-ce que j’aime dormir contre lui et l’entendre respirer. Les critiques et les pseudos conseils m’ont beaucoup fait culpabiliser : je ne faisais pas ce qu’il fallait pour mon enfant, il devait absolument dormir dans son lit ! Alors merci merci merci 🙏 d’avoir partagé ton expérience

  • Reply
    Caroline
    24 février 2018 at 21 h 03 min

    Je viens de passer mes petits de 3 ans des leur lit bébé a un.matelad par terre. Et bizarrement je me rends compte seulemznt maintenant que plus on se stress avec cette histoire de sommeil, moins ils dorment. Comme tu dis ils ressentent tout, Et feront le contraire de ce qu’on aimerait! J’essaie de garder le même rituel du soir pour qu’ils ne soient pas trop chamboulés.
    Mais le lâcher prise, ce terme étranger à mon vocabulaire, est essentiel!
    Merci pour cet article dont je prends bonne note 😉

  • Reply
    Laurie
    24 février 2018 at 22 h 32 min

    Haaa le sommeil ! Vaste sujet qui nous occupe beaucoup depuis plus d’un an avec notre ainée qui maintenant 3 ans ! Ma grande petite aurait très envie et besoin de dormir entre son papa et sa maman. Et je la comprends tellement j’en ai eu besoin pendant de longues années. Pour moi aussi le sommeil à tjs été stressant… jusqu’à 18 ans ! Mais Voilà, le soir, son papa et moi nous avons besoin de nous retrouver un peu, ensemble, sans nos 2 beautés. Nous avons besoin de penser à nous aussi et pas facile quand cette petite miss ne veut pas dormir !

    Enfin j’espère qu’un jour ok en rigolera 😅 Merci pour l’article!

  • Leave a Reply