Mon Noël et le reste du monde // Du rire aux larmes

conflit syrie du rire aux larmes à Noël

 

C’est Noël dans quelques jours et on se doit d’afficher un sourire sur nos petites lèvres.

Mais je ne peux pas.

Je sais que ce blog est principalement fait de bonne humeur. Mais parfois, mon coeur crie plus fort que tout le reste.

Noël, symbole de la vie

Vous ne l’aurez pas loupé, Noël est partout. Chez vous, chez moi, dans les magasins, dans la rue, à la télé… Je n’ai jamais trop aimé cette période de l’année, allez savoir pourquoi. Mais depuis que j’ai des enfants, je me réconcilie avec le père Noël. Alors cette année je suis heureuse d’être en famille, tous les 4, en bonne santé, au chaud. Il y aura des cadeaux, un bon repas, des câlins… J’en suis comblée.

Quand l’actualité te tord le ventre

Oui mais voilà. Dans ma tête et dans mon coeur, je ne peux pas m’empêcher de penser au monde qui nous entoure.

Tous ces enfants, toutes ces familles que je vois souffrir depuis mon canapé bien trop moelleux.

Je regarde mes enfants. Je vois des infos horribles passer. Je regarde à nouveau les garçons et là, mon coeur se brise. Comment peut-on faire subir ça à des innocents?

Au nom de quoi?

J’ai bien envie de me bouger les fesses pour aider. Mais je ne sais pas quoi faire. Parrainer un enfant? Envoyer des dons? Des vêtements?

Oui je le ferai.

MAIS le problème n’est pas là bordel! POURQUOI? Voilà le problème.

Pourquoi est-ce que tout ça existe? Pourquoi les hommes sont-ils abrutis à ce point? Pourquoi la guerre? Pourquoi, bordel pourquoi? J’ai bientôt 30 ans et je commence à voir clair. A mon grand regret.

Tout ça me ronge. Oui c’est Noël. Je suis vraiment désolée de vous dire tout ça parce que dans notre société, on se doit d’afficher notre bonheur ou au moins de faire un effort pour ne pas gâcher la fête. Mais je suis profondément triste et dès que j’aborde le sujet, ma gorge se serre et mon ventre se tord.

Je suis stupide, j’en conviens. A quoi bon?

La compassion fait que je me sens vivante. Parce que, sinon, je ne suis pas un être humain.

J’échange beaucoup avec d’autres personnes sur le sujet. Aucune d’entre elles n’arrive à mettre de mots sur ce qu’elle ressent. Nos sentiments sont aussi complexes que ces conflits inutiles qui bousillent la vie de tant de gens.

Du rire aux larmes

Je ne résoudrai rien. Je resterai plantée là, en triste observatrice.

Un jour, on dira: « tu te rappelles? c’était affreux ».

Tout passe. Mais rien ne s’efface.

Pour toutes ces âmes innocentes, c’est peut-être idiot, mais j’allumerai une bougie le soir de Noël.

Pour que nous nous rappelions tous les quatre le vrai sens de cette fête : Amour, Paix et Partage.

Peut-être que j’arriverai à faire pousser une graine nommée PAIX au creux du coeur de mes garçons et qu’ils voudront le bien en grandissant, et seulement le bien.

Et je penserai très fort aux anonymes qui agissent au quotidien pour les personnes en détresse. Mes voisins par exemple. Ils travaillent auprès de familles de réfugiés. Leur plus grande joie? Voir dans le regard de ces femmes, ces hommes, ces enfants le soulagement d’être accueillis ici, en France, même dans des conditions plus que précaires …

Je continuerai à me mettre très en colère au moindre discours de rejet, de jugement, au moindre « on peut pas accueillir toute la misère du monde ». L’injustice me rend malade.

Je continuerai à passer du rire aux larmes. Et TOUS les jours de ma vie je me dirai :  tu as de la chance.

Voilà, cet article défouloir est terminé. Il ne résout rien. Il m’aide à avancer.

Pour avoir un autre son de cloche que TF1…

https://www.facebook.com/pierrelecorf?hc_ref=NEWSFEED

Pour aller plus loin …

https://www.syriacharity.org

PEACE AND LOVE POWER

Sylvie

(certifiée coeur en mouse since 1987)

Written By
More from sylvie

Un week end « Simple comme bonjour »

Ce week end, nous l’avons joué plutôt tranquille. Le froid s’installe et,...
Read More

4 Comments

    • j’espère ne pas trop alourdir ce sentiment… mais bon ce blog est n’existe pas que pour les jolies choses. c’est un peu mon carnet de route… merci pour ton commentaire

  • Comment dire l’indicible ? comment dire la douleur devant tant de drame, la honte devant le rejet ?
    Que me dit ma foi chrétienne : l’amour de Dieu mais aussi le mal profondément encré en nous. Il n’y a pas grand chose de bon dans l’humain, il n’aspire qu’au mal, c’est terrible. Tout cela me fend le cœur, comment agir ?
    Je suis contente que d’autres disent des choses, ressentent les mêmes douleurs, peut-être alors que tout n’est pas totalement fichu, peut-être..
    Merci de votre billet, il est tout à fait de circonstance et pour moi aussi, sans que je sache pourquoi, cette période de l’année est toujours un peu douloureuse malgré ma fille de 6 ans..
    Bien à vous

  • Tout est dit! Ce blog est un condensé de joie mais visiblement tu avais besoin de mettre des mots sur ce sentiment indescriptible que l’on ressent tous et tu en as bien le droit!
    Ici tous les ans, que ce soit pendant les dimanches de l’Avent ou le soir même de Noël, nous allumons une bougie chez nous et une à la messe. Tous les ans nous prions pour les autres, ceux qui n’ont pas notre chance. Et j’ai l’impression que tous les ans le radeau des personnes seules, démunies, tristes, souffrantes etc s’alourdit!
    Je t’embrasse Sylvie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *