We are one, we are WOMAN

Si il y a bien une chose dont je suis fière, c’est d’être une femme, une meuf, une nana, une gonzesse quoi!

A vrai dire, j’aurai du mal me mettre à la place des hommes et puis, j’ai pas envie du tout du tout du tout. J’ai déjà ma dose de poils de toute façon!

J’aime ce sentiment d’appartenir à une espèce de « gang », le point levé, qui savoure le magnifique héritage d’indépendance laissé par nos mères et nos grand-mères. Je pense que si j’étais née en 1950, j’aurai fini sur le front de manifestations féministes en 1970!

Je suis née avec un sens aiguë de l’injustice et la médiocrité. C’est comme ça, je ne me suis jamais laissée faire, encore moins par les garçons! C’est bien simple, pour me protéger, j’ai évité inconsciemment toute assimilation possible avec une petite fille et cela depuis que je n’ai plus de couches! Au grand damne de ma mère qui n’a jamais pu me faire de couettes ou encore me passer une robe! J’ai seulement découvert le pouvoir des femmes, et de la séduction, à partir de mes 13/14 ans…

Et si j’ai réussi à me construire en tant que femme qui s’assume et qui essaye tous les jours d’accepter qui elle est, c’est grâce aux autres nanas qui m’ont entouré et qui sont encore à mes côtés aujourd’hui. Je pourrai vous décrire mille portraits de femmes différentes, de la working girl exemplaire, en passant par la rêveuse éternelle insatisfaite, la baroudeuse assoiffée de découvertes ou encore celle qui passe sa vie à aider les autres en oubliant qu’elle devrait s’occuper un peu plus d’elle même. C’est bien simple, nous sommes toutes différentes… et un peu toutes les mêmes à la fois ! ET c’est beau! Mais il y a une chose qui nous unit vraiment : la solidarité féminine.

Honnêtement, je ne crois pas que cela se produise chez les hommes. C’est certainement en phase d’exister, vu la vitesse à laquelle les changements s’opèrent dans la société, mais pour l’instant, les winneuses du serrage de coude, c’est nous!

Peut-être que le fait d’être une mère qui n’a pas honte de dire qu’elle est loin d’être parfaite resserre les liens… certainement. Le rire est un lien qui ne peut pas s’effacer! Jamais! Biensûr il y a du crêpage de chignon parfois… souvent… mais au fond, c’est un détail je crois.

Parce que : Oh yeah, l’union fait la force. La force de quoi? Bah la force de pas faire un burn out entre le boulot, la maison, les enfants, les mecs et toute cette pression invisible qui nous revient sans cesse en pleine face telle une bonne odeur de couche pleine!

Alors rien de tel que d’appeler une bonne copine au bout du rouleau (ou pas) pour lâcher du lest et se payer une bonne tranche de rigolade sur nos tronches de cake quand on surveille les enfants au square!

On peut comparer nos abominables montagnes de repassage ou encore rêver ensemble de vacances sans enfants, le cul vissé sur un transat de plage. Bref, on peut s’évader. S’évader du quotidien qui, il faut bien l’avouer n’est pas toujours très fun pour nos mioches non plus. Et se dire qu’on serait peut être mieux, au fin fond des Philippines, à leur offrir en cadeau la nature et la vie simple, dénuée de technologie, de malbouffe, et de harcèlement scolaire.

Et tout ça, difficile d’ imaginer le partager avec un mec. Parce que les mecs « ça se projette pas trop » (dixit le mien). Alors que moi j’ai l’impression de passer ma vie à me projeter! Bon ok, parfois dans le mur…soit. Du coup le calme de mon homme est salvateur je crois… Mais finalement, quand on y pense, c’est pas ça la vie? Prendre des risques et aimer ça? Globalement, les femmes sont assez fortes pour ce genre de choses, parfois même ensemble.

Voilà pourquoi je suis fière de faire partie de la bande et je jure solidarité à toutes celles qui me lisent à ce moment même.

Alors merci à toutes ces nanas en or, avec et sans enfants, qui me supportent, m’encouragent, m’aiment, me détestent, me suivent, ne me suivent plus du tout à certain moments, mais qui sont là coûte que coûte et me font exister, telle que je suis vraiment. Elles se reconnaitront.

« We are one, We are woman »

Je vous embrasse bien fort… (Parce que les bisous, c’est peut être niais, mais ça me fait du bien).

 

Girl Power

Written By
More from sylvie

Et si je déscolarisais mes enfants? Quand l’école déçoit.

  Cela fait une dizaine de jours qu j’ai envie d’écrire cet...
Read More

9 Comments

  • On aurait envie de rebondir à chacune de tes phrases tant on s’y retrouve… mais pas de chance j’ai une tonne de choses à faire avant la sortie d’école….
    Alors ce sera une petite phrase de Mme Simone de Beauvoir pour résumer notre belle vie féminine (et un tout petit peu féministe…😊) :
    « On ne naît pas femme : on le devient. »
    Le Deuxième Sexe (1949)
    Avec plein de niais bisous bien entendu 😘

  • Ton article, il est juste Whaouhhh !!
    Ça fait du bien de lire ce que je peux mais sans en trouver les mots !!
    Alors oui à la solidarité féminine, aux copines qui sont toujours là et qui font un bien fou, à ces ptits moments entre nanas, autour d’un chocolat chaud à papoter dans la cuisine 😉 Et spécial dédicace à toi la nana en or !!

  • Je retrouve ma vie dans ton article et qu’est ce c’est bon d’avoir des relations simples où l’on se comprend et ou l’on peut rire de ce qu’il nous arrive. Moi par exemple j’ai la chance d’avoir une super voisine chez qui je m’incruste et qui est toujours lá pour dépanner. Ma fille veut tout le temps aller chez elle et surtout ne plus revenir á la maison! Sans prise de tête juste de la solidarité á plein tube! J’aime, J’adore, J’adhère! Continues à flatter notre féminité (tant bien que mal conservée) ça fait vrai du bien 😊

  • C’est vrai que je t’aurai bien vu dans les années 70 ; manifestante et dénonciatrice des carcans à l’épanouissement personnel des femmes.
    Mais bon tu peux toujours grimper sur le canapé et le torse bombé faire tes revendications auprès de ta troupe de 3 hommes.
    Merci pour cet article 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *